La Table de concertation régionale est un mécanisme de gouvernance qui regroupe en concertation les acteurs concernés par la gestion, la protection et la mise en valeur des ressources hydriques du territoire. La TCR a comme mandat d’élaborer et d’adopter le PGIR et d’en assurer la mise en œuvre. Elle tient également un Forum régional annuel permettant de présenter l’état d’avancement des travaux et de les faire entériner auprès des acteurs de l’eau et de la population.

La TCR des Îles a officiellement été créée le 25 septembre 2015. Par son expertise en concertation environnementale, c’est le Comité ZIP qui a été désigné par la Communauté maritime comme mandataire de cette démarche, dans le cadre de la gestion intégrée du Saint-Laurent. La Table est composée de quatorze sièges décisionnels et d’un siège non votant (mandataire), tous issus de différents secteurs en lien avec l’eau, douce et salée, afin d’assurer une représentativité juste et équilibrée des acteurs de l’eau du territoire.

NOTRE MANDAT

En complément avec les activités/démarches de concertation déjà réalisées sur le territoire, la TCR vise à rassembler et mettre en relation les acteurs de l’eau concernés par la GISL afin de :

  • dégager une vision partagée des enjeux afin d’harmoniser les actions à mettre en place pour une meilleure gestion de la ressource et des écosystèmes
  • favoriser la poursuite ou la consolidation des activités de concertation autour des enjeux liés spécifiquement à l’eau (douce et salée) pour la zone de GISL des Îles-de-la-Madeleine
  • élaborer, mettre en œuvre et assurer le suivi d’un Plan de gestion intégrée régional (PGIR), à partir des informations disponibles, qui soit représentatif des préoccupations et des priorités d’actions des acteurs du milieu
  • informer et sensibiliser l’ensemble des acteurs liés au Saint-Laurent, mais également la population madelinienne, au sujet de la GISL et de l’avancement des travaux de la TCR

LES PRINCIPES QUI NOUS GUIDENT

  • la TCR vise l’atteinte de résultats concrets se traduisant par une meilleure utilisation et protection des ressources en eau sur son territoire
  • la TCR est une structure de concertation autonome dans son fonctionnement, apolitique et non-partisane
  • la TCR doit rechercher une représentation juste et équilibrée des secteurs «municipal», «économie» et «communautaire, environnement et usages côtiers»
  • la TCR recherche une neutralité totale par rapport aux divers secteurs impliqués

COMPOSITION ACTUELLE

MEMBRES VOTANTS (14 sièges)

Secteur municipal (agglomération) (2 sièges)

M. Serge Bourgeois, directeur de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme
Mme Gabrielle Landry, directrice du développement du milieu et des communications

Secteur économique (7 sièges)

Sous-secteurs :

Pêches – capture : Siège vacant (à combler)
Pêches – transformation : M. Pierre Déraspe (Fruits de mer Madeleine)
Mariculture : Siège vacant (à combler)
Agroalimentaire : M. Simon Beaubien (Bon goût frais des Îles-de-la-Madeleine)
Transport maritime : M. Yannick Noël (Groupe CTMA)
Tourisme : M. Jason Bent (Association touristique régionale des Îles-de-la-Madeleine)
Industrie : Siège vacant (à combler)

Secteur communautaire, environnemental et usagers côtiers (5 sièges)

Sous-secteurs :

Environnement : Mme Marie-Ève Giroux (Attention FragÎles)
Conservation : Mme Véronique Déraspe (Société de conservation des Îles)
Plans d’eau intérieurs : M. Pierre Boudreau
Administrations portuaires : M. Olivier Arseneau (Administration portuaire de Pointe-Basse et de Pointe-aux-Loups)
Clubs nautiques : M. Robert Cormier (Les Plaisanciers du Havre)

MEMBRE NON-VOTANT (1 siège)

Comité ZIP des Îles (mandataire de la démarche aux Îles) : Mme Sylvette Leblanc, directrice intérimaire

CADRE DE RÉFÉRENCE

Un cadre de référence détermine les orientations et les lignes directrices qui doivent guider chacune des TCR dans le déploiement de la GISL sur leur territoire.

SOUTIEN ET RESSOURCES

 Des membres de soutien, principalement des représentants politiques, des groupes de recherches, des partenaires locaux, des organismes gouvernementaux et paragouvernementaux, des chercheurs et universitaires sont aussi appelés à collaborer aux travaux de la TCR (sans pour autant détenir un droit de vote). La consultation des expertises locales bien établies est un facteur majeur de succès pour le Plan de Gestion Intégrée Régional.